Lettre aux candidats à la Présidentielle
Imprimer l'article logo imprimer

Voici la copie d’une lettre envoyée par un citoyen à tous les candidats à la Présidentielle :

Le 25 février 2012

La campagne électorale bat son plein et, dans aucun de vos discours, je n’ai entendu parler d’un problème crucial de santé publique : les conséquences sanitaires des ondes de téléphonie mobile. Ce silence est à mes yeux extrêmement fâcheux. Vous avez sans doute eu connaissance d’une nouvelle pathologie environnementale ; l’électro-hypersensibilité. Le drame humain qui en résulte est insoutenable pour les personnes qui en sont victimes. Contraintes de quitter leur emploi, leur famille, leur lieu de vie, elles voient leur santé se délabrer sans qu’aucune thérapie ne permette une guérison durable : maux de tête insupportables, vertiges, pertes de la mémoire, insomnies, problèmes cardiaques, fatigue chronique, risques de tumeur, d’Alzheimer.... Le nombre d’Electro-Hyper-Sensibles (EHS) ne cesse d’augmenter, laissant augurer bien des inquiétudes pour l’avenir. Depuis plus de dix ans, les études scientifiques indépendantes s’accumulent pour prouver la nocivité des champs électro-magnétiques artificiels. Quelques sources sont citées en annexe à ce courrier. Dans ce contexte, nous pourrions penser que des mesures soient prises pour diminuer les seuils d’exposition à 0,6 v/m, puis à 0,2 v/m, comme le préconisent nombre de scientifiques indépendants et le Conseil de l’Europe, dans sa résolution du 27 mai 2011. Nous pourrions imaginer que cette maladie soit enfin reconnue, que les examens et les traitements mis en place par le professeur Belpomme soient indemnisés. Nous pourrions espérer que des zones blanches soient créées pour offrir un refuge aux personnes hyper-sensibles, comme le préconise également le Conseil de l’Europe… Au lieu de cela, les décisions récentes aggravent encore le problème : déploiement de la technologie 4G, des compteurs d’eau et d’électricité dits intelligents (Linky), mise en place de centres de consultation pour personnes EHS considérées d’emblée comme des malades psycho-somatiques (aucune investigation biologique n’est en effet prévue)… Non seulement, aucune étude d’impact sérieuse n’est effectuée sur les technologies sans fil, mais en plus, on demande aux victimes de prouver qu’elles ne sont pas des malades imaginaires ! Comment expliquez-vous le silence politique actuel qui entoure ce scandale ? Combien faudra-t-il de personnes atteintes, combien faudra-t-il de morts pour que les candidats abordent enfin cette question ? Faudra-t-il assister à des actes désespérés ? Faudra-t-il qu’une personne EHS soit un jour candidate à l’élection présidentielle ? Si cette question me semble aussi essentielle, c’est qu’elle concerne des êtres humains dans leur chair, dans leur souffrance. C’est qu’elle pose une question de société : allons-nous continuer de déployer des nouvelles technologies, des molécules chimiques, sans étude préalable indépendante des conséquences sur la santé ? Allons-nous prendre encore longtemps l’humain pour un cobaye entre les mains d’industriels mercantiles. Ne pas se préoccuper de ces questions relève, à mon sens, de la non-assistance à personne en danger. J’attache une importance toute particulière à votre réponse et notamment à votre position sur les points suivants : - la diminution des seuils d’exposition, - la reconnaissance de l’Electro-Hyper-Sensibilité, - la création de zones blanches. Une absence de réponse de votre part impliquera, pour ma part, une absence de vote à la prochaine élection, de même qu’une réponse insatisfaisante. Je diffuse ce courrier aux associations environnementales intéressées, de près ou de loin, par cette question. Avec mes salutations distinguées.

Frédéric Wolff, Plouguiel

Quelques études scientifiques indépendantes prouvant la nocivité des ondes

- BRÉSIL (2010) - Preuve que 80 % des cas de cancers dits « spécifiques  » (reconnus pour être corrélés à des irradiations aux hyperfréquences) se trouvent à moins de cinq cents mètres d’une antenne-relais (Science of The Total Environment, Vol. 409, Issue 19, 1 September 2011, Pages 3649–3665, Mortalidade por neoplasias e telefonia celular em Belo Horizonte, Minas Gerais. Adilza Condessa Dode, Departamento de Medicina Preventiva da Faculdade de Medicina da UFMG, Brésil)

- CANADA (2010) - Preuve en double aveugle de l’électrosensibilité par l’impact du téléphone de maison sans fil DECT et du wifi sur le système neuro-végétatif (Journal Européen d’Oncologie Vol. 5, 2010, Havas Magda, Institut National pour l’Étude et le Contrôle du Cancer et des Maladies Environnementales « Bernardo Ramazzini », Canada)

- FRANCE (2010) - Imagerie de l’oxygénation du cerveau d’une personne électrohypersensible avant et après l’éviction des sources d’irradiation (ARTAC, 2010, Pr d’oncologie Belpomme Dominique, à paraître)

- FRANCE (2007) Le rapport international Bioinitiative du 31 juillet 2007, passe en revue plus de 1 500 travaux publiés dans des revues scientifiques à comité de lecture. Il est validé et soutenu par l’Agence Européenne de l’Environnement. Il apporte la preuve que les émissions de type téléphonie mobile provoquent :
- des altérations non réparables de l’ADN ;
- des perturbations dans le fonctionnement du système immunitaire ;
- une importante perte d’étanchéité de la barrière sang-cerveau au niveau des vaisseaux irrigant le cerveau ;
- des processus de développement de tumeurs du cerveau et de neurinomes acoustiques ;
- des processus de développement de cancers enfantins du type leucémie ;
- des processus de développement de la maladie d’Alzheimer et de cancers du sein.

- L’étude européenne REFLEX (2000-2004), publiée le 17 novembre 2004, montre notamment que les micro-ondes pulsées cassent l’ADN, ouvrant le champ à des mutations.

- CHINE (2009) - Preuve que l’exposition aux rayonnements de radiofréquences à 1800 Mhz (téléphonie mobile) induit des dommages oxydatifs à l’ADN mytochondrial dans les neurones en culture primaire (Xu S, Zhou Z, Zhang L, Yu Z, Zhang W, Wang Y, Wang X, Li M, Chen Y, Chen C, He M, Zhang G, Zhong M. Department of Occupational Health, Third Military Medical University)

- SUÈDE (2008) - Les rats exposés à long terme aux radiations d’un téléphone portable GSM-900 développent des troubles cognitifs (Bioelectromagnetics. 2008 Avril, pages 219-32.Nittby H et al. - Avril 2008, Department of Neurosurgery, Lund University, The Rausing Laboratory and Lund University Hospital, Lund, Sweden)

- FRANCE (2006) - Preuve de la perméabilisation de la barrière hémato-encéphalique et migraine chez le rat dues aux micro-ondes GSM (Université Bordeaux II, Aubineau P., projet COMOBIO)

- ÉTATS-UNIS (2006) - Démonstration que les études tendant à montrer la non-toxicité des hyperfréquences sont majoritairement financées par l’industrie de la téléphonie ([http://www.microwavenews.com/docs/m...]url :http://www.microwavenews.com/docs/m... )

- FRANCE (2004) - Preuve de l’altération par les micro-ondes pulsées chez le rat de l’acétylcholine, liée à la motricité, de la dopamine, impliquée dans la maladie d’Alzheimer, et de l’acide Gaba qui module l’activité du système nerveux central et inflammation d’une partie du cerveau, le striatum, ce qui traduit une souffrance du tissu nerveux (Neurobiology of Disease, 2004, Prof Privat A, Université de Montpellier, France)

- ISRAEL (2003) - Preuve de l’altération de la formule sanguine par les champs électromagnétiques (Bioelectromagnetics, 2003 Février ,Vol. 24 (2), pages 82-90. Exposure of human peripheral blood lymphocytes to electromagnetic fields associated with cellular phones leads to chromosomal instability. Mashevich M, Folkman D, Kesar A, Barbul A, Korenstein R, Jerby E, Avivi L, Department of Human Genetics and Molecular Medicine, Tel-Aviv University, Tel-Aviv, Israel.)

téléchargements Fichier(s) à télécharger :
  • IMG/pdf/presidentielles.pdf
  • Taille du fichier : 23.9 ko
  • Format : PDF
Le forum
-->

Dans la même rubrique :

puce Contact puce Adhésion puce Faire un don puce Plan du site puce Espace Rédacteurs
Site réalisé sous SPIP avec le squelette ESCAL-V2