Cartographie de Rennes : Que faut-il en penser ?
Imprimer l'article logo imprimer

Durant le mois d’avril 2012, un véhicule a sillonné la ville de Rennes afin de réaliser 74 000 mesures. Les résultats ont été dévoilés le 22 octobre dernier. Suite à cette opération d’envergure, nous nous interrogeons : l’élu responsable de cette opération, Yves Préault, se pose manifestement comme un ardent défenseur de la thèse de l’innocuité des ondes...

Les documents mis en ligne sur www.géorennes.fr/ondes-antennes sont particulièrement complets. On peut ainsi accéder à toutes les mesures.

Les résultats : Les valeurs sont très basses, à quelques exceptions près. En effet, plus d’un tiers des mesures se situent en dessous de 0,1 volt/m. Des valeurs proches de 1 volt/m, rarement beaucoup plus... On s’étonne de ne pas retrouver des valeurs plus élevées pourtant présentes sur des rapports de mesures cités sur le site cartoradio. Les ondes seraient-elles moins présentes aujourd’hui qu’il y a 2 ou 3 ans, alors que la 3G a été généralisée depuis ? On est en droit de s’interroger.

Evidemment, la conclusion tirée immédiatement par la ville de Rennes et diffusée à grand renfort de communication est qu’il y fait bon vivre et qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Or, comme nous le faisions savoir dans notre courrier du 04 janvier 2012 , l’exposition au sol est très inférieure à celle que l’on subit, en hauteur, directement dans le faisceau principal des antennes. C’est pourquoi nous appelons les rennais habitant en hauteur et à moins de 50 m d’une antenne à prendre contact avec nous afin de réaliser des mesures supplémentaires.

Pourquoi sommes-nous aussi méfiant ?

Les résultats de cette campagne de mesures ont été dévoilés à grand renfort de communication. S’agit-il d’une prise de conscience réelle de la ville de Rennes ? ou l’objectif ne serait-il pas plutôt de rassurer la population pour préparer l’arrivée de la 4G et l’implantation de nouvelles antennes ?

Le tout début de cet édito est particulièrement troublant.

"Nous nous apprêtons aujourd’hui à accueillir la 4G qui permettra un service encore plus performant".

L’emploi du verbe "accueillir" plutôt que "recevoir" en dit long sur le degrés de satisfaction de M. Préault, délégué à la communication et à la vie quotidienne. A t-on conscience que plus les informations transportées sur un réseau sont importantes et plus la valeur des champs électromagnétiques est élevée ? C’est d’ailleurs pour cette raison que les opérateurs ont demandé l’augmentation des normes fixées par la charte de Paris.

Alors ? Prise de conscience ou non ?

Pour y voir un peu plus clair, il fallait se rendre à l’exposition présente durant une semaine sur la place de la mairie. Le néophyte sera peut-être séduit : pour notre part, au vu de l’état de la connaissance dorénavant acquise et diffusée par les milieux scientifiques, nous sommes atterrés. Les opérateurs de téléphonie mobile n’auraient pas fait meilleure communication.

Voici donc notre analyse concernant l’exposition, et la mise en relation des arguments présentés au cours de celle-ci avec le niveau des connaissances actuelles :

L’exposition repose essentiellement sur le camion-expo « roule la science » de l’ABRET (L’Association Bretonne pour la Recherche Et la Technologie).

Qui est à l’origine de la rédaction des panneaux visibles dans cette exposition ? La réponse figure en dernière page de la plaquette distribuée sur place :

Bureau Véritas : Organisme de contrôle des champs électromagnétiques. Les opérateurs font appel à ce genre d’organisme pour effectuer des mesures. Ils travaillent en étroite collaboration et de plus, l’un finance l’autre...

La fondation santé radiofréquence : Créé par les industriels de la téléphonie mobile et financée à 50 % par ces derniers.... On relève aussi la participation de L’IMS de Bordeaux. Sans doute a-t-on fait appel au responsable du pôle « Systèmes et leurs interactions » : Bernard Veyret, chercheur indépendant... et consultant scientifique chez Bouygues Télécom !

On comprend mieux ainsi la tonalité des messages qui confine à de la désinformation.

Décryptage :

L’instance indépendante mentionnée est l’ICNIRP, dénoncée par les eurodéputés comme étant une émanation directe des industriels de la téléphonie... Au cours d’une audition parlementaire, M. REPACHOLI, membre de l’ICNIRP, qui touchait parallèlement 150 000 dollars par an de l’industrie du portable, a déclaré : -« Dans le domaine des micro-ondes, le niveau d’exposition a fini par être négocié. Cela n’a pas été basé sur la science, mais négocié avec les industriels ».

La seule norme citée est celle correspondant à l’exposition du public visée par le décret du 3 mai 2002 (41, 58 et 61 V/m, suivant les fréquences) reconnue comme très largement obsolète en terme de risques sanitaires par le parlement européen. Aucune référence à une limite bien plus contraignante : le seuil de compatibilité électromagnétique ( 18 oct 2006) qui fixe la limite légale des champs EM à 3 V/m en tout lieu, sauf industriel et qui empêche les appareils de se nuirent entre eux.

Et bien sûr, même chose pour le 0,6 V/m réclamé par le conseil de l’Europe dans la résolution du 06/05/2011. Cette valeur, issue d’un consensus entre experts indépendants, est pourtant une référence dans le domaine des ondes électromagnétiques…

Effet sur la santé : Beaucoup de questions, pas de réponses. On entretient le doute. Les ondes EM pourraient avoir un impact sur la santé mais on n’en est pas encore sûr... Toujours les même arguments invoqués que ceux utilisés par le passé dans de trop nombreux dossiers du même genre : tabac, amiante, médiator, pesticides. Aucune référence aux d’études montrant des effets graves sur la santé. Aucune référence au rapport bioinitiative pourtant très clair sur le sujet et publié par l’agence européenne de l’environnement. Aucune référence à la résolution du Conseil de l’Europe du 06 mai 2011 pourtant essentielle. Oui, les recherches se poursuivent et apportent régulièrement des études supplémentaires prouvant les effets nocifs des ondes EM. Les auteurs de cette exposition semblent ne pas être au courant...

La perméabilité accrue de la barrière hémato-encéphalique du rat a été démontrée par une étude australienne publiée en Oct. 2008 (Auteurs : Jacob L. ; Bertil R. R. Persson ; Arne E. Brun ; Leif G. Salford ; Lars O. G. Malmgren ) Subtile... On ne pose que des questions. Laisser entendre que l’intolérance aux champs électromagnétiques pourrait être psychosomatique est une véritable insulte faite aux premières victimes : les personnes devenues électrosensibles et souffrant de cette nouvelle maladie émergente du fait d’expositions longues et continues aux champs électromagnétiques. Mêmes les opérateurs, en réunion publique, n’osent plus tenir ce genre de discours, au vu des avancées de la recherche.

De fait, sont passés sous silence les travaux du professeur Belpomme (président de l’ARTAC) qui publiait dès le mois de décembre 2009 un état des lieux des connaissances acquises à la lumière des quelques 500 consultations réalisées avec des personnes électrosensibles, ainsi que les études faites dans d’autres pays ou l’électrosensibilité est reconnue (Suède, Grande Bretagne...)

Extrait :

Le syndrome d’intolérance aux ondes électromagnétiques est établi et on le distingue clairement de toute autre. Il comporte des marqueurs physiologiques dont la combinaison est spécifique :

• l’examen clinique par écho doppler cérébral pulsé fait apparaître un profil cérébral caractéristique qui permet d’éliminer toute autre pathologie psychogénique.

• des tests biologiques font apparaître des protéines de stress dont le caractère spécifique réside dans la cause d’une perturbation des processus d’oxydoréduction

• des tests de stimulation électromagnétique établissent un lien de causalité entre les perturbations ci-dessus énumérées et les émissions électromagnétiques.

Non, décidément, l’exposition proposée par la mairie de Rennes du 22 au 26 octobre 2012 ne nous rassure pas. Loin s’en faut

A quand des décideurs politiques qui entendraient un autre discours que celui des opérateurs de téléphonie mobile ?

A quand des décideurs politiques qui inviteraient les associations comme la notre à participer à l’élaboration des panneaux présentés dans une exposition consacrée aux ondes ?

A quand des décideurs politiques qui nous inviteraient à participer à l’écriture de la charte signée entre la ville et les opérateurs ?

Le forum
-->

Dans la même rubrique :

puce Contact puce Adhésion puce Faire un don puce Plan du site puce Espace Rédacteurs
Site réalisé sous SPIP avec le squelette ESCAL-V2