Réaction du Dr Belpomme au rapport de l’ANSES du 15/10/2013
Imprimer l'article logo imprimer

Mardi 15 octobre 2013, l’ANSES remettait son rapport sur les ondes électromagnétiques. Les résultats mis en avant par l’Agence estiment que l’exposition aux champs électromagnétiques - émises principalement par les téléphones mobiles - peut provoquer des modifications biologiques dans le corps de l’être humain, mais que les données scientifiques actuellement disponibles ne montrent pas d’effet avéré sur la santé. Dominique Belpomme, cancérologue et membre de l’ARTAC, invité sur France Info le 15/10/2013, rejette catégoriquement la validité du rapport de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire. Il lui oppose les dernières conclusions de l’OMS.

Le rapport

"Les études ne se contredisent pas : certaines sont scientifiquement valables, et d’autres ne le sont pas. [...] Avec ces différents rapports [de l’ANSES], nous ne sommes pas dans un schéma validé au plan scientifique international.", explique-t-il. Ailleurs, dans le Républicain Lorrain, le scientifique va plus loin. "Ce rapport n’a aucun intérêt : c’est un rapport politique, sans aucune valeur scientifique, bon à jeter à la poubelle. De nombreux experts qui composaient la commission m’ont dit que leurs avis n’avaient pas été pris en compte dans les conclusions. Les autres n’ayant aucune connaissance sur le sujet, et aucune reconnaissance internationale..." Et de conclure : "Pour avoir la vérité, il faut aller auprès de l’OMS, auprès des scientifiques européens."

Les risques liés aux expositions

Récusant la thèse du rapport de l’ANSES, qui défend l’innocuité des ondes électromagnétiques sur la santé, Dominique Belpomme rappelle que l’OMS a récemment déclaré le rôle possiblement cancérigène non seulement des fréquences infrabasses, mais aussi des radiofréquences et hyperfréquences. De fait, les effets néfastes des champs électromagnétiques, Le Pr les constate quotidiennement dans sa pratique de cancérologue. "Les champs électromagnétiques sont néfastes pour la santé. Utilisés intensivement et de manière prolongée, ils entrainent de graves altérations sanitaires, telles que cancers, leucémies, maladies d’Alzheimer chez des sujets âgés mais aussi chez les jeunes, y compris certains adolescents". L’étude Interphone le dit : " si vous avez moins de vingt ans et que vous utilisez un téléphone portable pendant plus d’une heure par jour pendant cinq à dix ans, vous avez une risque de tumeur au cerveau multiplié par cinq !"

L’électro-hyper-sensibilité, une vraie maladie

Ces dernières années, la pullulation de champs électromagnétiques liée à l’utilisation de plus en plus massive des téléphones portables, a provoqué l’émergence d’une maladie post-moderne qu’on appelle électro-hyper-sensiblité. La thèse abusive qui voudrait que tous ces malades soient des hypocondriaques, dont la souffrance ressortirait de la section psychiatrique, est irrecevable pour Dominique Belpomme qui a rencontré en consultation pas moins de 700 malades EHS. " 95% sont de vrais malades, pour lesquels un lien certain entre les champs électromagnétiques et les symptômes observés, a pu être clairement établi à l’aide de tests objectifs." Pour le scientifique, ces malades EHS aux intenses symptômes constituent " la partie visible de l’iceberg". Il existerait un lien avec les CEM dans des troubles moins flagrants et non diagnostiqués dont souffrent beaucoup d’autres personnes. Pour cette raison, le Pr Belpomme tire la sonnette d’alarme, estimant que la France est face à un problème de santé publique majeur, dont la mondialisation entrainerait tôt ou tard une grande facture collective à payer. "Financière et humanitaire".

Le forum
-->

Dans la même rubrique :

puce Contact puce Adhésion puce Faire un don puce Plan du site puce Espace Rédacteurs
Site réalisé sous SPIP avec le squelette ESCAL-V2