LINKY
Imprimer l'article logo imprimer

Tant que la demande du CRIIREM pour des mesures indépendantes et leur analyse n’a pas abouti, Alterondes 35 préconise de refuser le compteur linky. De plus, nous demandons à ERDF de doter ses compteurs de filtre protégeant le logement de l’intrusion du CPL.

Explications :

Le 26 février 2016, le CRIIREM écrivait dans une lettre ouverte :

« De nombreuses informations très diverses circulent actuellement sur le compteur communiquant Linky. Elles sont souvent contradictoires, non vérifiées, voire erronées, ce qui crée des polémiques et du buzz sur les réseaux sociaux dans lesquels il est difficile de s’y retrouver. Afin de faire la lumière scientifique sur toutes ces informations, le CRIIREM demande la mise en place d’une réunion à l’ADEME, avec l’ANSES, eRDF, un représentant des fabricants, deux représentants des associations impliquées et le CRIIREM afin de :
- Définir un protocole et une campagne de mesures.
- Choisir un organisme indépendant pour réaliser les mesures selon le protocole défini.
- Synthétiser les résultats afin de décider de leur publication.
- Saisir la Commission de Sécurité des Consommateurs pour qu’elle donne un avis.

Excellente initiative de la part du CRIIREM car, en effet, les informations qui circulent sur le net, aussi bien du côté d’ERDF que des associations militantes sont loin d’être fiables… De l’erreur grossière au mensonge par omission, tout y passe. Le principal point de blocage étant le CPL (courant porteur en ligne).

Comment fonctionne le compteur ?

Le compteur Linky (1 sur le schéma) enregistre la consommation du foyer et communique ces informations à un concentrateur (3), situé dans le quartier. Le concentrateur rassemble toutes les informations et les communique de nouveau par voie hertzienne vers un centre de traitement (5).

La communication entre le compteur et le concentrateur s’effectue en injectant sur le réseau électrique des fréquences bien plus hautes que celle du courant électrique (50 Hz). La technologie employée aujourd’hui, et qui est amenée à évoluer, utilise les fréquences 63,3 KHz et 74KHz, c’est à dire des radiofréquences. Ces deux fréquences sont présentes alternativement. Elles permettent d’envoyer respectivement des ’0’ ou des ’1’ sur le réseau.

Malheureusement, ERDF, peut-être parce qu’elle n’a pas anticipé la fronde anti-Linky, n’a pas doté ses compteurs de filtre électronique permettant de bloquer le signal CPL du coté du logement. Les signaux de communication vont donc rayonner dans le logement puisque tout fil, ou tout appareil, parcouru par un courant électrique, devient une source de rayonnement électromagnétique. C’est précisément ce point qui provoque une fronde grandissante.

De quel rayonnement parle-t-on ?

Tout d’abord, rappelons que le courant électrique 50 Hz de notre réseau transforme les câbles électriques de votre logement en source permanente de champs électromagnétiques. Ainsi, mesurer des champs EM de l’ordre de 100 Volt par mètre (100 V/m) à 50 cm d’un lustre en métal, non relié à la terre, est chose courante. Linky ou non, des précautions s’imposent déjà pour tous les appareils et fils proches des têtes de lit par exemple (blindage, biorupteur, mise à la terre des parties métalliques, ...) Le CPL va donc s’ajouter à cette pollution électromagnétique.

Dans quelle proportion ?

C’est là que commence le parcours du combattant… Entre certaines associations qui annoncent par vidéo des valeurs exagérément élevées (aux environs de 100 V/m) et ERDF qui les minimise (0,0003 V/m à 20 cm), qui croire ? Malheureusement, pour le moment, nous ne disposons pas de mesure officielle et indépendante.

Nous savons que les valeurs élevées, montrées dans une vidéo, et présentées comme étant celles du linky, sont en fait celles générées à la fois par le réseau 50Hz et par le CPL du linky. En effet, le filtre (interne à l’appareil Chauvin Arnoux utilisé ) permettant justement de supprimer la composante du 50 Hz a été inhibé par l’emploi du mode PEAK (crête). Or, comme nous le disions précédemment, les champs EM générés par le 50 Hz sont très élevés. Voilà pourquoi, en ne supprimant pas leur contribution lors de la mesure, on obtient des valeurs très fortes.

Nous savons aussi que la valeur 0,0003 V/m à 20 cm annoncée par ERDF ne correspond pas aux rayonnements des fils électriques du réseau, parcourus par les impulsions du CPL, mais plutôt au compteur linky lui-même, qui, par la présence de processeurs et composants électroniques, rayonne comme n’importe quel appareil.

Les quelques mesures non officielles que nous avons pu obtenir laissent à penser que le rayonnement est faible, de l’ordre de 0,2 à 0,5 V/m à 20 cm des câbles électriques. Cependant, l’impact de ces fréquences (une centaine de kilohertz) sur le vivant a été très peu étudié pour le moment. Quelle valeur est acceptable ? Comment réagiront les EHS à ses impulsions ? Aucune idée. Aucune étude préalable n’a d’ailleurs été effectuée avant le lancement du Linky.

Le compteur émet-il en permanence ?

Non, mais ...

Alterondes35 était à une réunion le jeudi 10 mars 2016 dans laquelle le directeur régional d’ERDF ainsi que deux de ses collaborateurs présentaient l’appareil et répondaient aux questions des associations et des élus présents, dont ceux de la ville de Rennes.

Voici ce qui nous a été dit :

Le compteur enregistre sur 24 heures la consommation globale du logement. Toutes ces informations sont stockées dans linky et transmises en une fois pendant la nuit, au concentrateur. Il superpose donc au signal 50 Hz un paquet d’informations équivalent à un sms (800 octets), sur quelques secondes. En effet, les seules informations transmises sont la consommation de la journée en heures creuses et pleines ainsi que la valeur maximale de puissance utilisée dans la journée. Dans des situations exceptionnelles (par exemple, l’endommagement du réseau lors d’une tempête) la communication peut s’allonger mais reste toujours en dessous de la minute.

Quand au concentrateur, il enregistre toutes les données récoltées et les envoie, là encore, en une fois, au centre de gestion, par ondes GSM. Les données à transmettre sont de 800 Ko. Ce qui représente l’équivalent d’un mail. Remarque : Un client ne pourra donc pas consulter sa consommation en temps réel. Il n’aura accès, au mieux, qu’à la consommation de la veille.

Tout va bien donc…

Sauf qu’ailleurs en France, à Cannes-Ecluse, le 4 février, le discours n’était pas le même…. On apprenait alors que le transfert d’information s’effectuait toutes les 10 minutes (cette communication entre le compteur linky et le concentrateur a été confirmée par des mesures à l’aide d’un oscilloscope). On nous a donc menti...

D’autre part, la portée du CPL entre un compteur Linky et le concentrateur est d’environ 300m. Pour palier cet inconvénient, un compteur linky peut être activé à distance et devenir un relais pour interroger les compteurs étant situés trop loin.

Dans ce mode de fonctionnement en forme de « réseau », quelle sera l’incidence, en termes d’exposition ? Aucune idée là encore.

Que faire alors ?

Refuser le linky.

Comme le demande le CRIIREM, des mesures contradictoires, réalisées par un laboratoire indépendant, s’imposent. En attendant, il convient, par principe de précaution, de refuser ce compteur par tous les moyens possibles. En tout état de cause, un certificat médical, attestant de l’électrosensibilité d’une personne, doit suffire à empêcher l’installation du compteur chez soi.

Que demande Alterondes 35 ?

Que les compteurs Linky soient dotés d’une filtre électronique, activé par défaut, un peu comme sur les box, qui coupe le signal CPL en sortie de compteur, du côté habitation. Ainsi, le problème du rayonnement du CPL sur le réseau du client est résolu. Un interrupteur permettrait de mettre ou non le filtre en marche. Bien entendu, si des voisins venaient à désactiver le filtre de leur compteur, leur réseau deviendrait émetteur mais vu les faibles valeurs d’émission, l’épaisseur du mur séparateur devrait permettre d’être correctement protégé.

Pour ceux qui souhaitent refuser ce compteur, une lettre type de PRIARTEM en téléchargement.

téléchargements Fichier(s) à télécharger :
  • Linky -Lettre refus
  • Taille du fichier : 37.8 ko
  • Format : PDF
  • IMG/pdf/LINKY_Courrier_type_Refus-2.pdf
  • Taille du fichier : 37.8 ko
  • Format : PDF
  • Linky -Lettre refus (doc)
  • Taille du fichier : 148.5 ko
  • Format : Word
Le forum
-->

Dans la même rubrique :

puce Contact puce Adhésion puce Faire un don puce Plan du site puce Espace Rédacteurs
Site réalisé sous SPIP avec le squelette ESCAL-V2