Les alternatives au Wimax
Imprimer l'article logo imprimer

Dans l’état de nos connaissances actuelles au sein du collectif "Alter-ondes 35", nous avons deux solutions alternatives à proposer : le NRA-ZO et la liaison par satellite. Une troisième solution existe aussi : le CPL, mais il émet aussi des champs électromagnétiques (source : wikipedia)

Le NRA­-ZO (Noeud de Raccordement des Abonnés en Zone d’Ombre)

L’inéligibilité à l’ADSL est causée :

- par un affaiblissement du signal.

- par le multiplexage.

Le multiplexage est supprimé par l’implantation du NRA-ZO. Quant à l’affaiblissement, ce dernier est directement lié à la longueur de la ligne et au diamètre des fils de cuivre qui la composent. La longueur à prendre en compte est la distance qui sépare le DSLAM (appareil qui récupère les données transitant sur la ligne téléphonique et les redirige vers le réseau du FAI) du modem de l’abonné. Le DSLAM, dans la configuration habituelle, est placé au niveau du NRA (Noeud de Raccordement d’Abonnés) or la distance moyenne NRA­ - client dans les zones d’ombre est de 6km.

La création d’un NRA-­ZO consiste à rapprocher le DSLAM des clients, en installant celui­-ci au niveau du sous­-répartiteur téléphonique (SRA) ; la distance moyenne au sous­-répartiteur est en effet de seulement 1,5km. La réduction notable de la longueur des lignes entraîne une diminution de l’affaiblissement, et donc une extension des zones de couverture et, accessoirement, une augmentation du débit sur les lignes du SRA qui étaient déjà éligibles.

La création du NRA-­ZO nécessite des travaux : un sous­-répartiteur est généralement une simple armoire de rue, de taille réduite et non prévue pour l’accueil d’équipements actifs nécessitant une protection vis­ à vis de l’humidité, de la chaleur et de la poussière, ainsi qu’une alimentation électrique. Cela se traduit donc dans la majorité des cas par la création d’un nouvel espace, qui peut prendre la forme d’un petit local technique ou d’une armoire spécifiquement conçue pour l’accueil d’équipements actifs. Il faut ensuite le relier au sous­-répartiteur, qui reste le point de concentration des lignes téléphoniques relié au répartiteur. La création du lien NRA­-ZO/SRA peut nécessiter quelques travaux de génie civil, si celui­-ci doit être enfoui et s’il n’existe pas déjà des fourreaux utilisables sur une partie du trajet pour passer les câbles.

Cet espace, qui est en fait le NRA-­ZO en tant que tel, est situé à proximité du sous­-répartiteur initial (un éloignement trop important entraînerait des diminutions des performances ADSL, de par l’accroissement des longueurs de ligne). Une proximité immédiate n’est toutefois pas requise : selon les cas et les contraintes locales, il peut parfois être plus pertinent de le placer à 200 ou 300m, par exemple parce qu’il existe une disponibilité foncière, voire de l’espace disponible dans un local déjà aménagé.

Une fois que le NRA­-ZO est aménagé et relié au SRA, les opérateurs peuvent y installer leurs DSLAM (hors zone dense, seuls deux acteurs sont susceptibles de le faire : France Télécom, selon l’équation économique du cas considéré dans laquelle sera notamment intégrée la répartition des coûts entre France Télécom et la collectivité ; ou bien un délégataire de service public agissant pour le compte de la collectivité).

Le NRA-ZO a donc un double avantage : non seulement il étend la zone de couverture ADSL, mais il améliore notablement le débit des lignes migrées qui étaient déjà éligibles à l’ADSL.

Signalons qu’un seul NRA ZO peut coûter de 50 à 100 000€ selon l’étendue des travaux.

En résumé

Les avantages Les inconvénients

- Contrairement aux solutions radio dont les performances (débit, portée) dépendent de nombreux aléas difficiles à évaluer sans une étude précise sur le terrain, la solution NRA­-ZO, étant basée sur l’ADSL, peut facilement être modélisée. À partir des données sur les lignes téléphoniques, on peut rapidement et assez précisément évaluer quels seront les gains de débit et les extensions de zones d’éligibilité.

- On bénéficie des différents avantages de l’ADSL, en particulier les débits (globalement suffisants pour les usages courants actuels et dédiés à chaque abonné sur le lien de desserte) et les tarifs d’abonnement attractifs.

- Le multiplexage est supprimé.

- S’il est peu probable que le dégroupage s’étende aux NRA-­ZO en raison de la faible rentabilité des zones concernées, les opérateurs alternatifs pourront tout de même proposer des offres concurrentes à celles de France Télécom. La population a ainsi accès à un premier niveau de diversité d’offres.

- Si la solution NRA­ZO permet de bénéficier des avantages de l’ADSL, elle en présente également les inconvénients : les débits ne sont pas symétriques, ils sont limités à une vingtaine de Mbit/s (en ADSL2+) et ils diminuent avec la longueur des lignes. Les différents abonnés devenus éligibles n’auront donc pas tous accès aux mêmes débits.

- Lorsqu’un NRA n’est pas relié à un réseau de collecte optique, les abonnés ADSL qui en dépendent n’ont pas accès à des offres de plus de 2 Mbit/s. On retrouvera le même phénomène sur les NRA­ZO si le lien de collecte entre le NRA et le NRA­ZO est en cuivre (solution la moins coûteuse car ne nécessitant pas de travaux).

le haut débit par satellite :

La communication de données par satellite permet de relier par radio deux points distants de plusieurs centaines de kilomètres. Le principal avantage du satellite par rapport aux autres technologies est qu’il couvre de très grandes étendues ; à l’échelle d’un pays comme la France, il n’y a pas de zones blanches. En revanche, les performances sont plus limitées qu’avec les technologies terrestres, en particulier filaires (latence élevée, débits limités et partagés).

Le coût pour l’usager initialement élevé est maintenant inférieur à celui du Wimax. Pour 30 euros par mois, on peut profiter d’un abonnement avec 2Mbits/s en flux descendant et 256Kbits/s en flux montant (lire le témoignage). A comparer avec les 45 euros de l’abonnement Wimax. Dans les deux cas, l’installation est au frais de l’abonné. Par contre, le Conseil Général subventionne l’achat du matériel destiné au Wimax.

La communication de données par satellite se fait par ondes non pulsées et fréquence proche de 60 GHz (aucun impact sur la santé n’a été démontré). L’accès peut être monodirectionnel (dans ce cas les données ne peuvent être que reçues, l’émission se faisant par un autre moyen, par exemple une connexion bas débit par modem RTC) ou bidirectionnel ; le choix du bidirectionnel s’impose aujourd’hui en raison de l’évolution des usages.

En résumé

Les avantages Les inconvénients

- technologie disponible partout
- pas de travaux nécessaires
- coût d’abonnement proche de l’ADSL (en desserte)

- latence des connexions incompatible avec les applications temps réel
- offres grands public assorties de limites de volumes téléchargés
- coût d’équipement client élevé
- Le coût du matériel client et les frais d’installation sont également un obstacle dans le cas des réseaux de desserte, où des difficultés apparaissent dès que ces montants dépassent une centaine d’euros ; les ordres de grandeur constatés pour les accès satellite grand public s’établissent autour de 300 à 500€.

On commence à voir apparaître des offres d’abonnement proche des tarifs ADSL. Il existe par exemple une offre universelle d’un partenaire d’Orange, NorNet. Cette offre est toutefois « limitée » en volume à 2 gigaoctets (GO) de trafic mensuel (10.000 pages web et 2.000 courriels), ce qui restreint le téléchargement ou la consultation de vidéos.
— ­­> offre à 34,90 euros/mois, inconvénient : propose le WIFI pour utiliser internet dans la maison.

sources

- Site "Atelier Aménagement Numérique des Territoires" : la solution "NRA-ZO"
- Site "Atelier Aménagement Numérique des Territoires" : Le point sur l’Internet haut débit par satellite

téléchargements Fichier(s) à télécharger :
  • Témoignage d’un habitant utilisant le satellite à des fins professionnelles
  • Taille du fichier : 10.6 ko
  • Format : PDF
Le forum
-->

Dans la même rubrique :

puce Contact puce Adhésion puce Faire un don puce Plan du site puce Espace Rédacteurs
Site réalisé sous SPIP avec le squelette ESCAL-V2