Rencontre avec le Président du Conseil Général
Imprimer l'article logo imprimer

A notre demande, nous avons eu un entretien d’une heure et demie avec Mr Tourenne, Président du Conseil Général d’Ille et Vilaine le jeudi 21 Janvier.

Etaient reçus :

Le porte parole d’Alter-ondes35

Un représentant de la Bouëxière environnement

Un représentant du collectif Saint-Melaine

Un représentant des électrosensibles d’Ille et Vilaine

Alter-ondes35 a commencé par rappeler les risques sanitaires liés à cette technologie et a précisé sa position : le seuil de 0,6 V/m (demandé par la communauté scientifique internationale) est un seuil maximal indépassable toutes fréquences confondues.

Ce seuil n’est déjà pas respecté actuellement. Alter-ondes35 est totalement contre l’ajout d’une autre source de pollution électromagnétique.

La représentante des électrosensibles a rappelé les recommandations de l’ARTAC (association indépendante de médecins et de chercheurs spécialisée dans l’étude biologique, thérapeutique et clinique des cancers). Elle a ensuite expliqué ce qu’était le quotidien d’un EHS et la nécessité absolue, pour les personnes touchées, de s’éloigner des sources électromagnétiques. La solution la plus simple étant de vivre à la campagne.

Or, avec l’arrivée du Wimax, impossible d’échapper à ces ondes, sauf en faisant blinder sa maison et en vivant reclus ou en changeant de département.

Voici la teneur du dialogue qui s’en est suivi.

Alter-ondes35 : Nous ne connaissons pas les lieux d’implantation des antennes.

Conseil Général : Le CG35 reconnaît que la liste des lieux d’implantation n’est pas fournie. Elle le sera quand tous les sites seront choisis. Vos actions pourraient entraver le bon déroulement des opérations, il n’est pas question de fournir ces informations pour le moment.

AO35 : Malgré les demandes répétées, nous ne connaissons pas la puissance et le gain des antennes Cette information cruciale permettrait de calculer très rapidement les champs théoriques à 100 m, 1 km etc.

CG : Faites-en la demande par écrit (une nouvelle fois) et nous vous répondrons sur ce point.

Remarque : Un courrier a été déposé en ce sens dès le lundi 25 janvier. Pas de réponse pour le moment.

AO35 : Le CG35 garantit une valeur inférieure à 0,6V/m : comment ?

CG : Le CG35 maintient que les émissions des antennes seront inférieures ou égales à 0,6V/m. Nous nous basons en cela sur les dires de la société "Altitude Infrastructure" et sur des mesures menées par le cabinet Veritas en Aveyron et en Vendée (fournies par la société).

AO35 : Ces valeurs n’ont aucun fondement scientifique tant que la distance à laquelle sont effectuées les mesures n’est pas précisée. De plus, ces chiffres ne sont pas compatibles avec une portée de 15 km. Le CRIIREM le confirme.

CG : La société Altitude Infrastructure ne peut nous avoir menti sur ce point car c’est une demande forte du Conseil Général. Cette idée n’est même pas concevable.

AO35 : Disposez-vous d’une garantie écrite de la part de l’opérateur ? Pouvez-vous nous la monter ?

CG : Pas de réponse claire.

Remarque : Pourquoi ne pas nous montrer ces rapports de mesures faites ailleurs ? Les ont-ils entre les mains ?

AO35 : Que ferez-vous en cas de dépassement constaté du seuil de 0,6 V/m ?

CG : Cette question est en effet importante et nous allons faire les vérifications concernant ce point précis. Cependant, il n’y aura pas de dépassement puisque les valeurs seront comprises entre 0,1 et 0,2.

AO35 : Comment et à quel rythme des mesures des champs vont être réalisées ?

CG : Un appel d’offre est en cours de finalisation pour que des mesures des champs électromagnétiques liés au WIMAX soient faites par un organisme accrédité COFRAC. Alter-ondes35 doit fournir ses souhaits quant aux conditions et méthodes de mesures. Si c’est possible, le CG35 est prêt à les appliquer.

AO35 : Est-ce que le CG35 se rend compte des risques sanitaires qu’il fait courir à la population ?

CG : Oui, le CG35 s’en rend compte. Il nous est déjà arrivé de demander le déplacement d’antennes relais de téléphonie car elle était trop près d’une école.

AO35 : Pourquoi ne pas avoir choisi la solution filaire (NRA-ZO) ?

CG : Cette solution n’apporte pas le haut débit pour tout le monde et est beaucoup trop chère.

Remarque : le WIMAX, lui aussi ne couvrira pas tout. 300 lignes sur 4500 ne seront pas couvertes.

AO35 : La population, lorsqu’elle sera avertie, réagira sans doute fortement. Pourquoi n’arrêtez vous pas le projet pour y réfléchir plus en profondeur et voir comment résorber les zones blanches au cas par cas ?

CG : "Nul doute que vous aurez la population derrière vous". Arrêter le projet n’est pas possible. Le contrat est signé. La société Altitude Infrastructure attend des bénéfices et nous devrions payer des pénalités énormes, de l’ordre de plusieurs fois le prix du marché. De plus, de nombreux habitants, privés de haut-débit, attendent déjà depuis trop longtemps. Comment réagiront-ils si on leur dit qu’il faut encore patienter ?

AO35 : En supposant que le projet soit arrêté, pourquoi ne pas subventionner fortement un abonnement satellite ? Une grosse somme serait économisée et utilisée pour un développement plus pérenne du haut débit, sur plusieurs années ...

CG : L’abonnement satellite ne permet pas de garantir du 2Mbits/s en flux montant et descendant or c’est un engagement du CG.

Remarque : Le satellite sera pourtant utilisé pour les 300 foyers qui ne seront pas couverts par le Wimax.

AO35 : Le problème concerne des habitants qui ont, pour l’instant, un débit ridiculement bas. Pourquoi s’entêter à vouloir faire passer le débit de 56 kBits/s à 2Mbits/s (soit un débit 35 fois supérieur). Ceux qui n’ont rien pour le moment peuvent peut-être se contenter d’un peu plus ?

CG : Il n’y a pas de raison que les habitants, sous prétexte qu’ils sont éloignés, soient moins bien desservis que les autres. C’est une question d’égalité des chances.

AO35 : Même au pris de leucémie chez les enfants des riverains d’antennes Wimax ? Où est l’égalité des chances ici ?

CG : Il n’y aura pas de dépassement.

AO35 : Que se passerait-il si "Altitude Infrastructure" n’arrivait pas à trouver tous les sites d’implantations nécessaires ?

CG : "Altitude Infrastructure" a une obligation de résultat vis à vis du CG35 ...

Le Président du Conseil Général, s’est engagé à répondre très précisément à nos interrogations en retour de courrier pour ce qui concerne le choix de l’organisme de contrôle et les conditions dans lesquelles les mesures vont avoir lieu.

CONCLUSION : Aucun espoir de voir le projet supprimé. Le CG se raccroche à des valeurs promises par l’opérateur. Disposent-ils d’un engagement écrit ? Si c’était le cas, nous aurions déjà la copie du document ...

Le forum
-->

Dans la même rubrique :

puce Contact puce Adhésion puce Faire un don puce Plan du site puce Espace Rédacteurs
Site réalisé sous SPIP avec le squelette ESCAL-V2